Sigmedic

Hack'n Geeko/

Reflexions

Celui aime le principe KISS

Le 29 janvier 2024 / Aucun commentaire

Le principe Kiss est une philosophie qui me tient à cœur, on peut la résumer ainsi. Faire une chose, simplement, efficacement, sans empiler des processus, ou utiliser différentes machines sans qu'au final tout cela devienne une machine à gaz

Il est vite tentant d’utiliser des outils qui permettent de déployer rapidement ce que l'on cherche à obtenir, mais parfois le gain de temps (et je penses au temps de développement) obtenu sont au détriment de l’efficience et force est de constater que dans la technologie, c'est de plus en plus courant. Pour rappel, l’efficience consiste à atteindre les résultats recherchés en utilisant de manière optimale des ressources matérielles et immatérielles, tout en minimisant les impacts négatifs induits contrairement à l'efficacité.

Je le vois de plus en plus dans les logiciels et je vais prendre un exemple simple. Dans le quotidien de beaucoup de personne, le besoin de consulter un PDF est fréquent. Il s'agit souvent d'un fichier comprenant quelques feuilles ne dépassant pas 10Mo. Avec la puissance de nos machines actuelles, il ne devrait pas avoir besoin d'un logiciel complexe pour l'ouvrir afin de le visualiser, et ne nécessite pas d’avoir un lourd soft. Pourtant, la majorité vont utiliser Acrobat Reader un bouzin super lourd qui entre le temps du clic pour ouvrir un fichier en PDF et sa consultation, il peut se passer littéralement plusieurs secondes. Le logiciel fait 450 Mo et a besoin de 2Go pour fonctionner… un putain de demi Giga sur le stockage et 2 giga de ram pour un pauvre document de quelques pages ! Résultats, c'est lent et rend rapidement obsolète plein de matériel d'entrée de gamme.
Après presque 20 ans, le besoin n’a pas changé, nos ordinateurs/smartphones sont énormément plus puissants et néanmoins, pour le même besoin, ils ont, au mieux, le même temps d’exécution. Et ce point m’agace, nous profitons finalement pas de la montée en puissance de nos machines.

Néanmoins, dans mon exemple, il existe des solutions, les logiciels développés dans cet esprit KISS, par exemple pour la consultation de PDF il existe sumatraPDF, un clic et une demi seconde après, vous pouvez lire le fichier. 

Attention, le problème n'est pas localisé pour les logiciels, mais pour toute l'informatique en général. Les sites web ont pour moi le même problème, au fil des années, ils sont de plus en plus lourds, nécessite plus de données téléchargées pour s'afficher avec des machines plus puissantes, pour garder une expérience d'utilisation fluide avec un ajout des fonctionnalités qui peuvent être très discutables, voire parfois un vrai retour en arrière. Les développeurs web, dans l'optique de gagner du temps, vont utiliser des outils qui vont cracher des sites avec des milliers de lignes de code alors qu’auparavant une centaine suffisait pour le quasiment le même résultat. Et encore une fois, la consultation du site, est moins efficient, voire désagréable, car nous allons devoir télécharger plusieurs fichiers contenant des milliers de lignes de code pour en utiliser au final même pas 30%. Au point, de temps en temps, que le poids des outils est plus lourd que le contenu du site en lui-même.

C’est également ce qui explique pourquoi nous avons toujours besoin d’ordinateur de plus en plus puissant pour exécuter des navigateurs web de plus en plus lourd pour afficher des sites web de plus en plus lourd pour pas grand-chose en plus la plupart du temps.

Tout ca pour dire, utilisez le plus souvent des app KISS et gardez ce principe pour toutes les facettes de votre vie.

Selon Antoine de Saint-Exupéry : « Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n'y a plus rien à ajouter, mais quand il n'y a plus rien à retrancher »

Et pour info, ce site tourne sur pluxml ;)

Effondrement ?

Le 26 janvier 2024 / Aucun commentaire

Je regarde ou plus souvent, j'écoute des podcasts, et il y a un thème que j'entends de plus en plus souvent, en ce moment, c'est celui de l'avenir de notre société basé sur le capitalisme.

Ce n'est pas ce dernier qui concentre vraiment le sujet (quoique) mais son impact sur notre environnement (comme le réchauffement climatique) et comment se traduit autour de nous, la croissance indispensable au capitalisme. Quel est l'impact de cette augmentation sur les flux économiques, sur les matières premières et sur la consommation toujours plus importante d'énergie ?

Dans un système fermé (notre planète pour ceux qui avaient encore un doute), il parait évident, à tout a chacun (enfin, je l'espère) qu'on ne peut pas indéfiniment "croitre" comme l'exige le capitalisme. Rien que sur les besoins en énergies et les matières premières dans un système clos qui possède des limites, cela n'a pas de sens ! Quand j'entends Aurore stephan nous expliquer/démontrer que nos besoins en métaux pour les années à venir ne pourront pas être comblé, car il n'y a tout simplement plus de métaux accessibles facilement. Je me souviens de l'exemple qu'elle donne, il y a un siècle les mines exploitables avait des taux à 7 ou 8%, cela représente des filons entiers, désormais, on va chercher des atomes de métal, on broie littéralement des montagnes entières, soit un rendement matière première/métal de 0,1% !

De plus, il y a quasiment tous les jours, des messages qui nous alertent de cet état. Le réchauffement climatique par exemple, les gens qui sont dans le déni, me dépasse. Soit, ils confondent météo et climat, soit comme la grenouille dans la casserole, ils ne prennent pas conscience que les records de températures ne cessent d'exploser partout dans le monde. Il suffit de passer la tête dehors pour voir des floraisons plus précoces, ou que les événements climatiques sont plus fréquents et plus fort. Et notre programme agricole ne prend pas assez rapidement ces changements, et pourtant nous avons cette connaissance !

Quelque chose qui me parait aussi essentiel que nos libertés fondamentales, devraient mettre plus en "panique" l'opinion sociale ! Je n'ai pas l'impression que les gens aient conscience de ça, et quand je pense à nos libertés, je parle des libertés de manger à notre faim et de ne pouvoir nous déplacer et de nous soigner… des choses qui peuvent sembler aussi basiques que ça aujourd'hui seront surement en péril dans notre futur, ou celui de nos enfants.

Je sens bien que dans le fond, tout le monde a une fibre écologique, mais elle s'arrête pour beaucoup sur le tarmac de l'aéroport lorsqu'il faut prendre l'avion pour partir 7 jours en vacances ou dans les supermarchés avec le caddie remplie de viande pour en manger tous les jours, voire à tous les repas. Ou plus basiquement avec la voiture devant chaque maison (et parfois plus d'une) pour pouvoir faire plus 20 000 km/an avec des déplacements dispensables comme celui du dimanche soir au fastfood chercher un truc vite fait.

 

Et pourtant, comment se fait-il, qu'il n'y ait pas plus de personne qui se sentent concernées ? Je ne comprends pas pourquoi cela ne devient pas le sujet principal des conversations, de nos politiques et même de notre entourage ou en allant chercher le pain par exemple. Finalement, nous sommes des animaux comme les autres, et nous sommes voués à disparaitre. Peut-être que c'est ça, notre grand filtre à nous.

Et les graphismes 10 ans apres

Le 22 janvier 2024 / Aucun commentaire

Il y a un peu plus de 10 ans, j'écrivais un article sur l’évolution des graphismes des jeux vidéos, dans lequel je disais simplement que selon moi, on arrivait à une stagnation de la progression dans cette course effrénée à l'hyper réalisme. Quand est-il aujourd’hui?

Et bien ma foi, je pense que l'on peut dire que les derniers jeux vidéo qui ont marqué n'avaient pas forcément des graphismes de dingues (bon ok, a part cyberpunk 2077 et alan wake 2) ce que je veux dire, c'est plus un ensemble, un design un univers qui est désormais mis en avant sans chercher absolument un waou effect. Je me souviens tout de même une époque ou les joueurs courraient derrière la dernière techno qui allait révolutionner le genre uniquement avec les graphismes. C’était également une époque où il y avait plusieurs moteurs graphiques qui cherchaient a faire leur place ce qui n'est plus le cas de nos jours.

Bref, ca laisse plus de temps concepteur de développer leur univers soit d'une approche artistique ou retro mais sans se poser la question d'avoir un truc qui tient la route et sans être trop crado en utilisant un moteur déjà éprouvé.

Finalement, je pense que de nos jours les graphismes ne comptent pas autant qu'avant tout simplement. L'explosion des jeux indé avec des pépites comme le récent Lethal compagny qui explose le record de nombre de joueurs simultanés montre bien, que le succès d'un jeu, de nos jours, ne dépend plus de ces graphismes ce qui n’était pas le cas avant (enfin c'est mon avis hein...). Me souviens de l'attente des joueurs pour le prochain Crysis, Doom 3, Ama, bref, un bon jeux était forcement lié a la technologie des moteurs graphiques. Puis le gameplay, le design, le style "rétro" sont venus chambouler cette règle.... 

Pour finir, il n'y pas plus la courses au graphisme comme nous l'avons vécu (pour les plus vieux) et que les joueurs sont également plus ouvert et dans l'attente d'autre chose. Il existe indéniablement encore un progrès important dans les graphismes mais ces derniers sont beaucoup moins impactant pour l'accueil d'un jeu.

Prochain article dans 10 ans et on verra ce qui aura changer ;)

La révolution n'est pas celle que l'on croit

Le 20 juillet 2023 / Aucun commentaire

J'ai connu l'arrivée d'internet durant mes études, cette fenêtre sur le monde a définitivement changé notre monde et ma vie. Depuis, certains s'enthousiasme a chaque nouveauté technologique comme si c'était la prochaine révolution qui va changer notre monde. En réalité, après internet nous avons qu'une seule "révolution technologique" c'est l'arrivée des smartphones.

Internet est entré dans nos poches, mais c'est surtout la démocratisation de l'informatique qu'a permis les smartphones. Tout le monde a pu utiliser cet obscure outil et la masse des usagers a profondément changé le visage du web.

Pour le meilleur comme le pire, le web a laissé sa place aux géants du web qui pouvaient atteindre les consommateurs utilisateurs dans leur quotidien. Le constat de la disparition des forums et site perso m'attriste un peu, ce côté bricolage où tout etait possible fut grisant. Tout le monde utilise désormais l'informatique et c'est bien cette facilité d'accès à l'informatique conjointement à internent qui a permis au reseau sociaux d'etre ce qu'ils sont devenus. Pour moi, ce n'est pas les réseaux qui fut l'autre révolution technologique, ils ne sont qu'une facilité d'accès à la publication et de suivis.

La prochaine révolution c'est l'intelligence artificielle, bien que je n'aime pas ce terme devenu un mot valise, les IA sont la prochaine étapes et nous ne pourront pas revenir en arriere. Les outils aparaissent de plus en plus vite, les applications également, les générations d'IA toujours plus performantes explosent toutes les projections. Nous n'arriverons pas à suivre ce changement c'est une certitude. Certains verront en ces algorithmes hyper perfectionnés la sorcellerie d'antant, d'autres un confort bienvenu et inévitable. Nous en sommes qu'au début, et il est impossible d'en voir les retombés et comment les IA vont révolutionner notre monde, pour moi apres internet, les IA vont nous faire vivre la prochaine révolution sociétale....

Toujours plus, je suis outrer !!

Le 01 avril 2020 / Aucun commentaire

Sur Twitter et dans le Figaro, Gérald Darmanin invite sociétés et aux particuliers à alimenter le fonds mis en oeuvre ce matin au Journal officiel.

« Pour ceux qui le peuvent, notamment pour les entreprises dont l’activité continue ou qui sont le moins affectées, c’est une façon d’apporter leur contribution à l’effort de solidarité de la nation envers ceux qui sont dans les situations économiques les plus difficiles ».

Les trous du cul ont supprimés l'ISF, maintiennent le CICE et maintenant ils ouvrent une quête aux dons... sans déconner !!

Je colle ici un article du Hollandais Volant qui traduit bien mieux que moi, ce que je penses de ca:


En ce qui me concerne, et je n’en ai rien à foutre de paraître égoïste ou non, je ne donnerai pas un seul centime à une quelconque quête de ce genre.

Premièrement, parce que je paye déjà des impôts, cotisations, redevances, taxes, charges, contributions ou appelez ça comme vous voulez.
Ce n'est pas moi qui a choisi de dépenser ce fric pour faire courir les enfants dans la boue en chantant la Marseillaise au lieu d’embaucher du personnel hospitalier pour les soulager de leur surcharge qui ne date absolument pas du coronavirus.

Entre les charges, la TVA, les impôt et autres taxes, on doit pas être loin de 55~60 % de ma fiche de paye qui revient à L’État avant même ou aussitôt que je l’utilise. Qu’on soit clair : je n’ai pas de problème à payer tout ça, c’est juste que ça donne la gerbe de voir comment c’est utilisé.

Ensuite, le jour où Facebook, Google, Paypal (qui font tous des campagnes de dons en ce moment, c'est bizarre hein ?) ou encore le gentil-LVMH-qui-produit-du-gel-hydroalcoolique-en-exploitant-des-ouvriers-payés-au-lance-pierre verseront également 55~60 % de leur CA à l’État, je me verrais peut-être donner pour une campagne du gouvernement.
Sauf que si elles font ça, une campagne de don ne sera plus nécessaire : rappelons que ce sont pas loin de 100 milliards d’euros qui disparaissent dans les paradis fiscaux chaque année. « Argent magique », il disait, l’autre crétin ? Ça fait combien de masques de protection faciale, ça, vous pensez ?
A la place, le gouvernement leur a donné 40 milliards en CICE et autres allègements fiscaux qu'il faut maintenant quémander aux plus pauvres.

Et deuxièmement, parce les hôpitaux et les soignants eux-mêmes, ceux qui sont vont être payés 1300 € net aujourd'hui ou demain, pour 350 heures passées à courir partout au plus près du virus et avec moins de protection que le flic qui va s'empresser de leur coller une amende pour un bout de papier qu'ils ont pas pu imprimer faute de budget pour l'imprimante de leur hôpital, ne verront jamais le moindre centime de ce pognon. Comme c'est écrit dans l'article : ce fric n'est pas pour ceux qui se tuent littéralement à sauver ce pays, mais pour les entreprises, qui certes, sont importantes, mais qui n'ont clairement pas tous besoin d'argent public (les dividendes battent des records chaque année, c'est bien que ça ne va pas si mal : après tout, quand je demande une aide au logement ou autre, on regarde mes revenus sur 2 ou 3 ans aussi, donc bon).

Et enfin, le plus triste : on parie que quand tout ça sera derrière nous, ils recommenceront à détruire le service public et à privilégier le CAC40 entre copains ?