Des bactéries inconnues découvertes dans le lac Vostok

Rédigé par sigmedic Aucun commentaire

Des bactéries ont été détectées dans les échantillons d’eau du lac Vostok. D’après l’équipe russe, leur ADN ne correspond à rien de déjà connu. Ces bactéries, découvertes sous 4.000 m de glace, appartiendraient donc à une nouvelle espèce

 

Comme quoi nos hypothèse dans le podcast survival zombie ( A télécharger sur mega SZ LR #1) n'etait pas si farfelu que ca



L’attente aura duré un peu plus d’un an, mais les voilà : les premiers résultats d’analyse des échantillons d’eau du lac Vostok sont divulgués. L’eau douce est emprisonnée sous 4.000 m de glace, et ce depuis 20 millions d’années. Le lac Vostok est le plus grand lac sous-glaciaire de l’Antarctique, où règnent des conditions extrêmes. La température moyenne est de -3 °C, la pression est de 360 bars, il n’y a pas de lumière et le milieu est suroxygéné. Quelle espèce vivante peut se développer dans un tel environnement ?

La majorité des scientifiques pensent que l’écosystème du lac est nécessairement différent de tout ce que l’on connaît sur Terre. Mais en octobre 2012, l’équipe russe en charge du forage décevait le monde entier : les analyses préliminaires n’avaient décelé aucune trace de vie. L’échantillon était composé de glace qui avait gelé sur le foret durant la manœuvre à l’entrée du lac Vostok. Aujourd’hui, les choses ont changé : les échantillons d’eau prélevés directement dans le lac indiquent la présence d’une espèce vivante jamais identifiée.
Le lac Vostok se cache à 4.000 m sous la couverture glaciaire, protégé depuis plus de dix millions d'années des échanges avec l'atmosphère. Le forage a duré une vingtaine d’années.
Le lac Vostok se cache à 4.000 m sous la couverture glaciaire, protégé depuis plus de dix millions d'années des échanges avec l'atmosphère. Le forage a duré une vingtaine d’années. © Nicolle Rager-Fuller, NSF

Les analyses ont été effectuées au Laboratory of Eukaryote Genetics duPetersburg Nuclear Physics Institute (PNPI). L’espèce bactérienne trouvée n’appartient à aucun des quelque 40 phylums répertoriés sur Terre. « Après avoir exclu tous les contaminants connus, nous avons découvert que l'ADN bactérien ne correspond à aucune des espèces connues répertoriées dans les banques de données mondiales. Nous appelons cela de la vie non identifiée et non classifiée », déclare Sergei Bulat, chercheur en charge de l’analyse des échantillons.

Pas de lien évolutif entre la bactérie de Vostok et les autres

La correspondance entre l’ADN de ces bactéries et celles d’organismes connus n’a jamais dépassé 86 %. Or, toute correspondance inférieure à 90 % est suffisante pour déclarer qu’il s’agit d’une nouvelle espèce. En outre, les scientifiques n’ont pas réussi à dresser un arbre phylogénétique dumicro-organisme. Cet arbre leur permet de déterminer le lien entre son évolution et celles d’autres espèces. Ils ont ainsi montré que la bactérie ne rentre dans aucun phylum connu.

D’autres tests sont en cours, mais si l’on en croit l’équipe russe, les nouveaux résultats ne sont pas susceptibles d’infirmer ce que l’on sait déjà. Pour être bien certain qu’il s’agit d’une espèce vivant dans le lac, d’autres échantillons sont nécessaires. L’équipe du PNPI attend les nouveaux échantillons du dernier forage récupéré en janvier 2013. L’eau du lac est en route pour Saint-Pétersbourg, à bord du navire Akademik Fedorov.

Classé dans : High-tech Mots clés : biologie, vostok

A propos de l'auteur, sigmedic:

Les commentaires sont fermés.