Trouvaille dans les cartons

Rédigé par sigmedic Aucun commentaire

Déménager est synonyme de trie de cave ou de grenier, de cartons que l'on fait, d'étonnement à la vue de la tonne de bibelot que l'on garde de logement en logement. C'est durant les déménagements qu'on peut se retourner sur ses années passées au travers d'objets, trucs et autres bidules que l'on garde en souvenirs.
Il arrive que l'on retrouve certaines choses que l'on pensait importantes qui avec le recul du temps nous paraissent finalement presque banal.

Alors c'est le moment de passer à l'acte, on jette. 
Quelques choix semblent cornéliens le temps d'une respiration, et on trie encore et encore. Le grenier ou cave se vide en laissant de côté des objets du passé devenus sans valeur.

Après un peu plus d'une semaine, on a jeté six cartons de papiers divers :
- cours de lycée (ca peut servir les bases)
- cours d'université (c'est le Savoir, pis j'en ai tellement bavé)
- dessin de collège (mon 1er qui ressemble a quelque chose)
- trousse (avec tous les gribouillis des copains... c'est qui lui déjà ? )
- vieux crayons de papier (on en a toujours besoin)
- classeur, chemise cartonnée (ca peut resservir)
- vieux magazine ( mag d'actu divers d'il ya dix ans) 
- truc de sport (nan mais je m'y mets bientôt)
- peluches (je les aimais)
- vieux bidules (c'est des souvenirs)
- cartes postale (on a jamais envie de les jeter sans trop savoir pourquoi).
On a revendu pas mal de chose qui pouvait avoir de la valeur. Au final, presque trente cartons de jeter.

Les déménagements c'est vraiment l'opportunité de faire le ménage dans sa vie, et de partir sur de nouvelles bases. On en profite pour refaire sa déco, de repenser les priorités (bouffer locale c'est bien). Même si ça nous prends tout notre temps et beaucoup d'énergie, au final c'est une bonne chose et ca l'est d'autant plus lorsque le prochain logement est attendu.

Pour nous cela fera neuf ans........... au revoir les voisins irrespectueux, le quartier bruyant, les immeubles, les pétards la nuit, les accélérations des motos, les sirènes des pompiers, les crissements des pneus, les odeurs de tabac dans la cage d'escalier, les vols de vélos, les altercations sous nos fenêtres ou devant notre porte, les sonneries d'interphone pour les "j'ai oublié mes clefs", les talons de la voisine du dessus, les déchets dans la haie sous notre fenêtre et tellement d'autre choses encore. On ne regrettera que les belles rencontres et les liens d'amitiés qui se sont formés mais ceux ci ne sont pas perdus.

Dans quelques jours, on se retrouve à la campagne, dans un pavillon avec pour voisins des champs. On s'imagine déjà aux beaux jours prochains dans notre jardin, avec les enfants qui jouent et on se voit en train de réfléchir à notre futur potager.

Et pour finir, malgré tout les objets du passé que l'on jette, il reste parfois des trésors. Ceux qui seront transmis a nos enfants quand le temps sera venu, leur futur héritage de valeur ou non. Nos trésors d'enfant et de maintenant, ceux qui ne valent pas plus d'un sous mais qui sont toute notre fortune, notre vie en somme.

Ceux là, on les conserve précieusement, religieusement et durant les déménagement on prend toujours un peu de temps pour les observer, encore une fois. J'ai trouvé un trésors de ma petite femme et j'y prendrai soins autant que nécessaire, car après tout nos madeleines de Proust on ne les choisis pas.

Classé dans : Reflexions, Ma vie Mots clés : déménagement

A propos de l'auteur, sigmedic:

Les commentaires sont fermés.